montblanc

 

MONTBLANC.....fille adoptive de l'AGGLO

 

 

Bientôt 3000 habitants pour ce village du Biterrois accroché sur une hauteur dont les pieds s'arriment aux berges de la Thongue.

 

Il se présente comme un groupe d'habitations dont les plus anciennes (le coeur historique) se blotissent autour de l'église St Eulalie (1156) jadis dénommée Eglise de la Thongue. 

 

                                            

 

Alors qu'en 1247 le Vicomte de Béziers cède ses droits à la Couronne de France, Montblanc relève du Seigneur de Servian et de la Seigneurie de Béziers, avant de faire partie du Comté de Pèzenas.

 

Quelques dates... quelques repères à présent...

 

Au XVème siècle, la Seigneurie échoit au fils de Gaston Phoebus et de Madeleine de France. François Phoebus se qualifie de "Roi de Navarre, Duc de Nemours et de Montblanc". A sa mort. lui succède sa soeur Catherine qui allait devenir la mère d'Henri d'Albret époux de Marguerite de Valois soeur de François 1er.

 

Lequel François 1er séjourna au château de Montblanc, le 14 Août 1533, alors qu'il revenait du pèlerinage de St Sernin à Toulouse.

 

En 1562, les Calvinistes s'emparent de Béziers, investissent Montblanc, profanant l'église.

Douze familles de calvinistes s'installent au village.

 

En 1628, 1636,1644, la peste fait des ravages dans la population.

 

En 1640, Louis XIII cède le Comté de Pèzenas dont relève Montblanc, à Henri II de Bourbon, Prince de Condé, gendre du Duc de Montmorency.

 

En 1646, le Prince de Condé abandonne sa terre à Armand de Bourbon, Prince de Conti. 

 

Au XVIIIème siècle en 1723, un industriel, Clermont-Lodève implante à Montblanc un établissement de filature.

 

Après la Révolution, un Conseil Général est institué dans la commune de Montblanc.

 

Le 30 Janvier 1791, le curé monte en chaire (6 sur le plan) et s'exclame :

"Je jure fidélité à la Nation, à la Loi et au Roi. Je jure de maintenir de tout son pouvoir la Constitution décrétée par l'Assemblée Nationale"

 

La Direction du District de Béziers vend par adjudication du 23 mars 1791, l'ensemble des chapelles et établissements religieux tandis que se propage une épidémie de petite vérole.

 

En 1793, le même district de Béziers lance une alerte :

"La Patrie est en danger, des troupes espagnoles ont tenté d'envahir le territoire". A la suite de quoi, 48 volontaires de Montblant rejoignent Béziers pour s'enrôler et défendre la Patrie 

 

Le 4 mai 1793, le Baron de Coussergues est arrêté et emprisonné à Béziers, au prétexte que deux de ses frères figuraient sur la liste des émigrés.

 

Avec la chute de l'Empire, en 1814, Montblanc érige de monumentales guirlandes fleuries avec des banderoles "VIVE LA PAIX".

 

Puis vint 1851... et la "chasse" aux insurgés qui s'étaient soulevés à la suite du coup d'état de Napoléon.

 

Dans l'église de Montblanc, est apposée une plaque près des Fonts Baptismaux (7 sur le plan) : "Cet autel a été érigé afin de réaliser le voeux fait le 14 décembre 1851,pour le maintien de la paix entre les habitants".

 

.......................................................................................................

 

Voici donc évoqués à l'aube du XXème siècle et de l'époque contemporaine, quelques repères excitant la curiosité de celles et de ceux désireux de savoir où plongent les racines de leur "petit territoire".

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre