o Béziers, ma ville, ma région, moun païs

 

 

 

Ô Béziers, ma ville, ma région, moun païs

 

Béziers, ton histoire et ton passé me fascinent ;

Au plus profond de toi je plonge mes racines

 

Fièrement installée sur l'abrupte colline,

Rebelle et tour à tour violente ou bien câline,

Tu traverses le temps, sans fard à ta paupière,

Surveillant la vallée des tours de Saint-Nazaire.

Téméraire B éziers, carrefour de l'histoire,

Aujourd'hui et toujours, je veux chanter la gloire

De la fière cité, indomptable, cathare, 

Qui a souvent nargué la France et la Navarre.

 

Ô Béziers, ma ville, ma région, moun païs

 

A deux pas de la mer, proche de la montagne,

Des Cèvennes tout prés, couchée dans la campagne,

Avec ta mer de vignes et tes belles garrigues,

Avec tes bois de pins, de cyprés et de figues,

Tes bouquets de genêts qui, lorsque vient l'été,

Ambrent l'ai d'un parfum entêtant et sucré,

Eclairant de leurs ors les talus du chemin,

Prodigue, la nature a fait un bel écrin.

 

Ô Béziers, ma ville, ma région, moun païs

 

En avril, la cité fête Saint-Aphrodise

Et son camel qui vient danser devant l'Eglise ;

En août pour la Féria, flamenco, sévillane,

Sont plus souvent dansés que la treille occitane ;

En octobre pour la fête du vin nouveau,

San Andiu intronise et l'on sort le chameau ;

Et chaqe jour, tous tes garçons, sur les Allées,

Sans se lasser, s'en vont chercher leurs dulcinées

 

Ô Béziers, ma ville, ma région, moun païs.

 

Le Canal du Midi, ouvrage peu banal,

Enjambe l'Orb en empruntant le Pont Canal. 

Taillé par Paul Riquet, ce collier d'émeraude

Embellit notre Herault puis s'en va parer l'Aude.

Grimpant les neuf écluses, aprés Fonseranes,

Il paresse en chemin, à l'ombre des platanes.

De bordeux jusqu'à Sète, il serpente en tirant

Ce trait d'union entre la mer et l'Océan.

 

Ô Béziers, ma ville, ma région, moun païs

 

Dans la vallée, creusée par l'Orb aux eaux sauvages,

S'accrochent aux rochers de fabuleux villages

Ils ont nom : Roquebrun, Vieussan ou Cessenon,

Composant avec toi, béziers, notre région.

Vaillants, nos vignerons, repensant leurs ouvrages,

Nous offrent à présent de merveilleux breuvages :

Causses et Veyran, Faugères, Saint-Chinian, Berlou,

Voilà quelques terroirs qui sont de vrais bijoux.

 

Ô Béziers, ma ville, ma région, moun païs.

 

La superbe Nissan, de Poilhes la voisine,

Embaume par les pins d'une odeur de résine,

Se languit au soleil et vit au clair de lune,

Gardée par l'Oppidum construit en Ensérune.

Le flâneur en montant découvre abasourdi

Sur un champ étoilé la tour de Montady

Et plus loin, au couchant, tout au bout de l'étang

Se reflète un clocher celui de Capestang.

 

Ô Béziers, ma ville, ma région, moun païs

 

Pas loin de Puisseguier, dans le petit matin,

Le Zéphyr embaumé par le cyste et lthym,

Vient caresser gourmand le maset, le cantou, 

D'où montent des senteurs d'aîoli, de pistou

 

Ecartelé ente l'Espagne et la Provence,

Par naissance je suis devenu biterrois.

Je fais ainsi partie, je mesure ma chance,

De ce peuple de Preux, de Poètes, de Rois.

 

Ô Béziers, ma ville, ma région, moun païs.

 

                                                                                  Jean Pierre MAS

                                                                          Le Cercle des Poètes retrouvés         

 

 

 

 

 

 

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre